106 minutes | Jan 7th 2020

#8 Thierry Tacheny aime que le vin soit bien servi

Thierry Tacheny est passé des audiences de télévision aux audiences de consommateurs de vin. Qui boit quoi, quand, à quel prix? Il saura bientôt vous le dire grâce à son distributeur connecté de vin au verre. La machine en est à sa 4e version, plusieurs millions ont déjà été investis et il en recherche encore pour arriver à l’industrialisation. En attendant de trouver les derniers investisseurs, il engrange déjà 10.000 euros de rentrées mensuelles avec ses machines mises en test dans de grands hôtels ou restaurants. A Gembloux, il a réussi ce qu’il n’imaginait pas : d’une idée d’avoir un verre de vin servi à la bonne température, il est maintenant à la tête d’une équipe, d’un produit breveté et d’un hangar de 4000m2 équipé de machines en tous genres. Celle qu’il a besoin de voir régulièrement, c’est sa machine « Invineo ». Il pensait en faire une machine type « Nespresso du vin » que l’on aurait chez soi. Des études de marché lui ont prouvé que le marché B2B était encore plus important. Avec son parcours et son expérience, il pouvait continuer à occuper de beaux postes dans le monde audiovisuel mais Thierry Tacheny a toujours voulu concevoir un « produit réel à toucher » en mixant ses compétences ingénieuses et créatives. Ce fana de belles cylindrées décide alors de ne pas s’acheter de belle voiture mais de mettre tout cet argent dans un premier prototype.Des 1ers investisseurs (3F) lui permettent de continuer la recherche et les tests. Les designs de la machine vont être le cahier des charges technique « La machine doit ressembler à ceci, le vin devra être dans un bag de forme cylindrique qu’une femme peut facilement prendre en main et devra contenir 3 bouteilles à la fois ».5 ans plus tard, la machine ressemble presque parfaitement aux 1ers dessins. Elle a été supportée par un 2e tour d’investisseurs (public/privé) pour 2,7 millions d’euros supplémentaires.Une trentaine de machines ont été placées en test dans différents établissements avec un taux de transformation de 90%. Les clients sont ravis: en appuyant sur un bouton, le vin est servi à la bonne température et à la quantité exacte. Fini les pertes, les bouteilles jetées, les verres mal servis. Le système est connecté : des tas d’informations utiles pour l’établissement sont aussi accessibles. Un établissement voudrait disposer de la machine? S’il vend minimum 20 verres de vin par jour, cela est intéressant pour lui. Il loue la machine et choisi les vins parmi ceux sélectionnés dans la carte Invineo. Le hic? Il est sold-out.« C’est tout le problème actuel, nous avons besoin d’investissements pour lancer la production de nouvelles machines, nous avons aussi besoin de visibilité mais pour le moment nous ne pouvons pas démarcher ou répondre aux demandes ». « Nous avons la machine, les vins, les collaborateurs, les clients. Il ne manque que les investisseurs. Tout est pourtant bien exécuté. Ce serait dommage de voir ce succès racheté par quelqu’un et que cette success story ne soit plus wallonne ».Au travers de cette riche interview, découvrez tout le parcours de Thierry Tacheny et des différentes versions de la machine Invineo pour laquelle il savait dès le début qu’il aurait besoin de 10 millions d’euros.Il y arrive doucement. Une potentielle licorne? L’avenir nous le dira. C’est tout ce qu’on souhaite à cette équipe et ce tout ce que l’on souhaite à la Wallonie.Retrouvez toutes les informations sur www.invineo.com Il a cité : – les aides de la DGO6– Les investisseurs : Namur Invest, la SRIW et CinocoIl a été « Prix du public » lors du salon des innovations wallonnes d’InnovaTech.Retrouvez les infos sur www.innoverenwallonie.be et www.innovatech.be Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
Play
Like
Play Next
Mark
Played
Share